Blogue

«Ne le prenez pas personnel, mais il me semble que vous dormez au gaz.»

twitter facebook linkedin
«Ne le prenez pas personnel, mais il me semble que vous dormez au gaz.»

Au comptoir d'une boutique de téléphonie, une personne vous chuchote à l'oreille : 
‒ « Ne le prenez pas personnel, mais il me semble que vous dormez au gaz. De toute évidence, vous n’êtes pas familier avec les cellulaires. Suivez mon conseil : ne laissez pas le vendeur vous tordre le bras... Car, ultimement, c’est vous qui devrez faire face à la musique et défrayer les dépenses chaque mois. »
‒ « Vous avez un bon point ! »

Selon vous, combien y a-t-il de formes fautives (anglicisme, calque et pléonasme) dans cet échange? Corrigez celles que vous trouverez.

Lire la suite

Qu'est-ce qui cloche dans ce titre?

twitter facebook linkedin
Qu'est-ce qui cloche dans ce titre?

Comment l'auriez-vous écrit, pour votre part? 

Voici nos suggestions : [...]

Lire la suite

Accord avec « on » : « bon » ou « bons »?

twitter facebook linkedin
Accord avec « on » : « bon » ou « bons »?

Nouveau combat entre médias. Comment le pupitreur aurait-il dû accorder l'adjectif bon dans le titre de l'article du Journal de Montréal? Au singulier, comme il l'a fait?

Ou au pluriel, comme l'a fait Radio-Canada?


Le pronom indéfini on désigne souvent une personne ou un ensemble de personnes dont on ignore l’identité. Par exemple :

- On a tout pour être heureux!
- On a vu mieux...
- On est toujours sans nouvelles de...
- Que faut-il voir quand on visite Paris?
- Quand on est jeune, on est plein d'ambition.

Dans des cas semblables, le participe passé ou l’adjectif reste invariable.

Mais que faire lorsque le pronom on peut aussi représenter plusieurs personnes bien définies, comme les joueurs du Canadien de Montréal?
[...]

Lire la suite

Peut-on utiliser « d'autre part » sans « d'une part »?

twitter facebook linkedin

Une lectrice nous a posé la question suivante :
« Dans votre récent texte intitulé Neige soufflée, au quatrième paragraphe, vous remplacez "par contre" par "d’autre part". À mon avis, lorsque l’on écrit "d’autre part", c’est qu’il y a eu dans le texte un peu avant un "d’une part". Je me trompe? »

Revoyons le contexte :
« [...] Quant au soufflage de la neige dans le fleuve, il s’agit d’une pratique du ministère des Transports, que nous utilisons aussi. Cette méthode respecte la règlementation* du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

« D'autre part, nous vous rappelons que nous nous sommes engagés, depuis quelques années, à procéder au déneigement de ces secteurs dans un délai maximal de 48 heures après toute précipitation. Ce délai nous permet de ramasser de la neige moins souillée par les abrasifs et les gaz d’échappement des voitures. »

Il n'y avait aucun "d'une part" précédemment dans le texte.

Voici ce qu'on peut lire dans le dictionnaire Le Robert sur le sujet :
[...]

Lire la suite

« Prévoir démissionner » ou « Prévoir DE démissionner »?

twitter facebook linkedin
« Prévoir démissionner » ou « Prévoir DE démissionner »?

Doit-on écrire : « Zuckerberg ne prévoit pas de démissionner » ou simplement « Zuckerberg ne prévoit pas démissionner »?

Selon Antidote, l'utilisation de prévoir + infinitif (sans le de) est une tournure particulière au Québec. Le logiciel suggère d'employer prévoir de faire quelque chose de la même façon que l'on écrit envisager de faire quelque chose.

La Banque de dépannage linguistique de l'OQLF présente un point de vue différent sur le sujet : 
[...]

Lire la suite

Page précédente1234Page suivante

  • Modes de paiement

    Nous acceptons le paiement par cartes de crédit ou par PayPal. (Évidemment, vous pouvez aussi payer par chèque ou par dépôt direct.)

     

  • Écrivez-nous

    Vous souhaitez obtenir plus de renseignements ou recevoir une offre de service ?

    Cliquez ici

  • Abonnez-vous

    Recevez gratuitement par courriel nos petits tests de français écrit et d'autres renseignements sur nos formations.

    Soumettre
Suivez-nous sur les réseaux sociaux facebook twitter
Nos formations